Des livres comme cadeaux de Noël? plus écolo que les jeux en plastique…

Enfin, non, pas totalement…

Donc je vous l’accorde, c’est plutôt pour les gens qui partent en expatriation. Qui arrivent en expatriation aussi. Parce que ce serait beaucoup trop simple s’il suffisait de prendre l’avion pour se retrouver dans un chez soi aménagé avec toutes ses petites affaires. Et ça, les enfants peuvent avoir du mal à comprendre pourquoi les cartons avec les jouets ne sont pas encore arrivés dans le nouveau logement (et arriveront peut-être même dans plusieurs mois… si si, c’est du vécu).

Donc ceux qui partent, ceux qui arrivent en expatriation.

Mais le volume 1 de « Globe-trotteurs, même pas peur! » s’adresse aussi aux enfants qui poursuivent leur expatriation vers un nouveau pays (de Shanghai vers Taipei? de New York vers Berlin? il y a pas mal de combinaisons possibles, alors je ne vais pas toutes les faire…).

Ou encore pour les familles qui rentrent en France après une expatriation. Les problématiques du déménagement international sont les mêmes.

Ou bien encore pour les copains ou les cousins qui ne comprennent pas exactement ce que vivent ceux qui partent. C’est donc aussi un moyen de partager un peu de sa vie d’expat avec ceux qui sont restés.

Ou bien encore pour les enfants qui veulent lire ou écouter des histoires. Qui ne partent pas, qui ne partiront peut être jamais. Mais est-ce que lorsqu’on lit Voyage au centre de la Terre de Jules Vernes, c’est parce qu’on se prépare à expédition au coeur de la planète? Probablement non… Alors juste pour les enfants qui aiment les livres.

Finalement, quel que soit le stade de l’expatriation, « C’est parti, on déménage! » peut être un très joli cadeau de farewell, sayonara,… Et comme les vacances de Noël sont souvent un moment important pour les départs ou les arrivées de petits expats, pourquoi ne pas en glisser un exemplaire sous le sapin?